sac photo stop gear et bagage pour un voyage photo

Les questions reviennent, toujours un peu les mêmes… Avant chaque départ en voyage photo, nos photographes voyageurs se demandent de manière quasi existentielle: “Que dois-je prendre dans mon bagage en soute? Mon sac photo va dépasser les 8kg, que faire?”

Je profite donc de ce grand voyage au Ladakh pour détailler mes préparatifs, en espérant que ceci puisse vous servir. Il ne s’agit pas de vous donner un mode d’emplois à suivre à la lettre, ni même d’une liste exhaustive des items indispensables (ça vous devriez le trouver dans nos fiches techniques pour chacun de nos séjours).

sac photo stop gear et bagage pour un voyage photo

Bagage en soute, les règles à respecter

Le poids est votre principale limitation. Sur la plupart des compagnies aériennes, votre bagage de soute ne doit pas peser plus de 23kg. Attention, cette valeur varie un peu d’une compagnie à l’autre, entre 21 et 25kg généralement. Si votre voyage comporte plusieurs segments (c’est à dire plusieurs vols, opérés par au moins deux compagnies différentes), votre bagage devra respecter le critère de poids de la compagnie la plus restrictive. Sinon, vous allez devoir payer une sur-taxe pour chaque kilos supplémentaires.

Pour un kilo de plus on arrive parfois, avec un beau sourire et de la gentillesse, à convaincre la personne responsable de votre enregistrement de fermer les yeux, mais rien n’est jamais sûr: à vous de voir si vous être joueur…

Le contenu du sac importe également, il ne vous aura probablement pas échappé que certains produits ou équipements sont proscrits dans un avion. Là encore, dans le doute, consulter les informations bagages disponibles sur le site web de votre compagnie aérienne. Globalement, sont interdit de vols les matières inflammables, explosives, les bonbonnes de gaz, en particulier l’O2, les armes à feux (qui doivent être déclarées) etc…

Bon si comme moi vous voyagez pour faire de la photo, il y a peu de chance que les articles énumérés ci-dessus vous concernent, sauf… les batteries de votre appareils photo! En effet les batteries Li-io peuvent dans de rares cas engendrer un incendie suite à un court-circuit. Il est donc formellement interdit de les faire voyager en soute, vous devrez donc les conserver dans votre bagage cabine. Ceci est également valable pour les powerbanks.

Le reste de votre bagage de soute contient donc à priori vos vêtements, une paire de chaussures, peut-être un sac de couchage quand c’est nécéssaire, votre pharmacie (sauf si les médicaments vitaux à conserver avec vous si c’est votre cas). Plus tout les trucs divers et variés dont vous aurez besoin. Attention, une multitude de petits bidules de 100g, au bout de dix fois, ça fait invariablement un kilo! En ce qui me concerne, je place dans mon bagage de soute mon trépied, associé à mes bâtons de marche. Pour le Ladakh, j’emmène également mon thermos et des crampons: là aussi en soute. Evidement mon couteau, indispensable outil de tout les jours est en soute, sinon, il finira avec les autres dans une caisse de l’aéroport!

 

Les clefs d’un sac bien fait

Un sac bien rangé permet de tout faire entrer au mieux et surtout sera bien plus pratique à l’usage durant votre voyage. Quoi de plus énervant que de chercher désespérément ses gants, dont on sait qu’ils SONT dans le sac, quand on sent le groupe dans les starting-block, tous déjà prêts…

J’ai depuis longtemps choisi d’utiliser des pochettes de rangement, qui me permettent de classer mes vêtements. Ainsi, j’ai une pochette pour tout mes T-shirts, une autre pour tout mes sous-vêtements, pour les pantalons et collant thermique. Il existe différents modèles, des légers et peux onéreux “sac-en-sac” du Vieux Campeur aux plus pratiques car permettant de voir le contenu. Vos vêtements restent bien pliés, dans un volumes minimal, facile d’accès.

 

les vêtements, pliés mais pas encore en pochette

les mêmes vêtements dans les pochettes: gain de place évident

Je place ainsi le maximum de choses dans des pochettes, ce qui me permet de faire et défaire mon sac rapidement.

Mon trépied, organe vital de mon matériel photo, voyage au centre du sac, protégé par les pochettes qui l’entourent de part et d’autres. Quand on sait comment les sacs sont mal-traités, jetés, je préfère savoir les jambes en carbone de mon trépied protégées un maximum des chocs et contraintes. Idem pour mes bâtons de marche et tout objet un peu fragile.

Si vous placez des chaussures dans votre sac, elles peuvent se révéler un rangement parfait pour de petit objets fragiles. Il suffit de les glisser dedans pour leur offrir une bonne protection. J’ai ainsi fait voyager des bouteilles de vins, bien enfoncées dans mes grosses chaussures d’alpinisme.

Le sac photo, en bagage cabine

C’est peut-être là que se situe le plus les contraintes. En règle générale, le bagage cabine est limité en poids (8kg) et en dimensions. Et cette règle est annoncée comme particulièrement strict par les compagnies aériennes. Pourtant depuis 10 ans que je voyage avec mon sac photo, et bien que ce dernier pèse souvent entre 12 et 14kg et soit vraiment limite en termes de dimension, j’ai toujours pu embarqué en cabine avec.

Je n’ai que rarement du négocier. Les quelques fois où c’est arrivé, la personne de l’enregistrement, peut-être plus suspicieuse qu’à l’accoutumé, m’a demandé de poser mon sac sur le tapi pour la pesée. J’ai toujours devancé la mesure en annonçant que “oui, je sais, il est lourd”, avec un grand sourire. Et d’expliquer son contenu, ouvrant le sac pour que la personne puisse vérifier mes dires. Ça c’est toujours vite est bien réglé car il apparait évident que du matériel photo couteux et surtout fragile ne peut pas décemment voyager en soute. Une fois, en signe de bonne volonté, j’ai ôté mes jumelles pour les glisser entre des pochette de vêtement dans le bagage de soute, mais rien de plus. Donc éventuellement penser à un objet moins fragile qui pourrait servir à cautionner votre volonté de faire au mieux, ça peut aider.

Votre sac photo va subir les inévitables contrôles de sécurité. Selon les aéroports, les pays, les périodes, votre sac va passer au scanner, fermé avec tout le matériel, comme de rien, mais le plus souvent il va falloir passer au contrôle manuel, plus ou moins fouillé. Si vous tombez sur un agent vraiment tatillon, voilà qui peut vite prendre un peu de temps. Prévoyez donc une marge de temps pour ne pas rater votre embarquement. Penser à simplifiez le contrôle en évitant de charger votre sac d’accessoires, de cables, qui souvent pourraient voyager sans soucis dans votre bagage de soute. Si vous devez conserver par exemple votre chargeur (car si votre sac de soute se perd, pendant quelques jours, il serai dommage de ne pas pouvoir recharger vos batteries), rangez proprement le cable d’alimentation, bien enroulé. Lors d’un contrôle manuel, plus l’intérieur du sac semble ordonné, plus vous facilitez le contrôle et tout se passera bien.

 

Voilà, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon voyage avec Un Œil sur la Nature, évidement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.