Les « combats de reines » vous connaissez ?

 

Bien sûr, ces vaches de race Hérens, du nom d’une vallée suisse de leur origine, qui chaque été combattent pour désigner la vache qui sera reine de l’alpage pour un été… Une tradition ancienne dans le Valais Suisse, berceau de la race, et dans le Val d’Aoste et la vallée de Chamonix.

Alors.. .? Une vache dressée par l’homme pour le combat, comme jadis on préparait les coqs à une lutte à mort ?

Non, rien de tout cela ! Aucun dressage ni préparation, et surtout aucune maltraitance d’animaux dans cette lutte. Ces luttes sont naturelles dans cette race particulière, et ont lieu chaque printemps entre les animaux, sans aucune intervention de l’homme, pour désigner la vache dominante et établir une hiérarchie au sein du troupeau. Celle-ci restera en place pendant toute la saison de pâturage : il s’agit ainsi de désigner les priorités d’accès aux meilleurs quartiers d’alpage, là où l’herbe est la meilleure !

Ainsi ces luttes naturelles ont une fonction précise au sein du troupeau : dès qu’une vache cède ou évite le combat en signe de soumission, la lutte s’arrête d’elle-même, puisque la hiérarchie est établie. Il est ainsi rarissime que des animaux se blessent.

 

Des luttes en alpage aux luttes organisées

Ces combats naturels au mois de mai avant  « l’inalpe » (la montée à l’alpage) ont toujours été une attraction pour les éleveurs, et ont fait la réputation et le côté folklorique de la race. Les éleveurs ont ainsi organisé des « combats de reines » depuis 1922, qui sont devenus très populaires : chaque année, les éleveurs s’affrontent ainsi indirectement pour désigner l’heureux vainqueur propriétaire de la reine de l’année.

Cette tradition a certainement permis de sauver cette race – bien moins productrice que des races laitières pures – grâce à quelques éleveurs passionnés. Aujourd’hui encore, des combats de reines sont organisés chaque année entre éleveurs du Valais, de la vallée d’Aoste et de la vallée de Chamonix.

 

Quand l’Hérens s’installe en Chartreuse

L’histoire commence, comme souvent, par un coup de cœur : quand un éleveur de Chartreuse parti assister à un combat de reines dans le Valais, tombe sous le charme de cette petite vache et décide de ramener une, puis deux vaches… et finit bien sûr par monter le premier troupeau de vaches Hérens de Chartreuse !

Une passion qui fait des émules, d’autres éleveurs de Chartreuse, puis de Belledonne et de Savoie introduisent quelques Hérens dans leur troupeau : car, autre spécificité de la race, elle est particulièrement douce avec l’homme, et se révèle une conductrice de troupeau fiable et docile !

De fil en aiguille, des combats sont organisés en Chartreuse, et prennent de l’essor d’année en année, soutenus par l’association  « Les Hérens de Chartreuse », qui réunit éleveurs et bénévoles passionnés par cette race si attachante. En 2018, l’association a fêté les 20 ans des combats de reines de Chartreuse ! Une nouvelle tradition locale est née…

La Chartreuse a même ses stars, qui font la jalousie de leurs aînées suisses et valdôtaines ! Ainsi Madone, reine internationale, partie gagner en Suisse et en Italie, et qui ne perdra aucune lutte de toute sa vie ! Ambassadrice de la race au salon de l’Agriculture de Paris, elle finira paisiblement ses jours dans les pâturages de Chartreuse…

 

Un stage « photo-reportage » en Chartreuse, au cœur de l’évènement !

Pour un photographe, la fête des Hérens de Chartreuse est un moment haut en couleurs : combats souvent spectaculaires, effervescence des éleveurs, compétition dans un esprit festif, passionné et convivial toujours respectueux des animaux, qui sont les stars du jour.

Au cours de ce stage photo en Chartreuse, vous aurez la chance de vivre cet évènement aux côtés des éleveurs, accueilli par une famille d’éleveurs que vous pourrez suivre tout au long de la fête : la veille, vous irez chercher les animaux au pré avec les éleveurs et assisterez à la préparation des animaux sur le lieu de la fête. Le jour J, vous pourrez suivre et photographier tout le déroulement des combats avec l’éleveur et sa famille, jusqu’au dénouement final …

Une belle occasion de s’initier au reportage photo : nous verrons ensemble comment préparer un reportage photo, mettre en valeur des moments clés, donner du sens, et finalement sélectionner les images de votre reportage, que vous éditerez dans un livre photo remis aux éleveurs! Pour qu’ainsi la photo soit une véritable occasion de rencontres, d’échanges et de partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.